Week-end à Séoul pour le Chuseok 1/2

Cela date un peu mais je n’avais pas eu le temps d’écrire quelque chose dessus avant. La semaine du 8 septembre était un peu spéciale : on y fête le Chuseok, une des principales fêtes coréennes, où on célèbre les récoltes. Le Chuseok tombant un Lundi, on a donc eu le droit à un week-end de 4 jours. Mais comme la plupart d’entre nous n’avait en plus pas cours le Vendredi, cela nous a fait 5 jours de repos ! Quel meilleur moment pour visiter Séoul ? :)

Arrivée le Vendredi

Tout d’abord : l’auberge de jeunesse ! Nous étions situés en plein HongDae, un quartier de Séoul très vivant, notamment la nuit. Le premier soir, nous sommes restés à Kimchee Guesthouse. Rien d’extraordinaire, mais des coins partagés assez conviviaux où on peut rencontrer du monde et regarder la télé, jouer aux flechettes, etc.

On a surtout eu le temps de flâner à travers le quartier. Nous sommes notamment tombés sur ce magnifique café … dédié à Hello Kitty : le Hello Kitty Café ! :p On a pas osé rentrer, mais ça aurait pu être marrant.

20140905_170536

Pour rester dans le registre félin, et un autre endroit où nous aurions pu rentrer : le Catsliving Cat Café, un Bar à chats. Bien qu’ayant pour origine Taipei à Taïwan, les bars à chats se sont notamment extrêmement développés au Japon. Cela serait apparemment du aux petits logements d’une grande partie de la population interdisant la présence d’animaux de compagnie.

Vous remarquerez la présence de Japonais ;) ...

Vous remarquerez la présence de Japonais 😉 …

Le soir nous sommes allés dans le quartier d’Itaewon, très prisé par les étrangers. Nous avions une RSVP (=réservation au préalable, sur Facebook dans notre cas ; bien éloigné du sens original … 😉 ) pour un club où se déroulait une grosse soirée, cependant au vu de la queue nous avons revu nos plans. Nous sommes restés quelques temps dans la rue et avons croisé par hasard de nombreux autres étudiants internationaux de KAIST que l’on connaissait. La nuit s’est finalement terminée au club Müte, mais j’ai moyennement apprécié la musique (un peu plannante à mon goût).

Paré ;)

Paré ;)

Journée du Samedi

Passons maintenant à l’une de nos premières visites : le Palais de Changdeokgung 😀

Les mêmes que d'habitude, à l'exception de Trishna, étudiante américaine de Georgia Tech (2ème en partant de la droite)

Les mêmes que d’habitude, à l’exception de Trishna, étudiante américaine de Georgia Tech (2ème en partant de la droite)

Changdeokgung est un des principaux palais de Séoul, et est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il date du XVème siècle mais a été sévèrement endommagé sous l’occupation Japonaise, et a dû être en grande partie reconstruit, ce qui fait que seulement un tiers du Palais date réellement de cette époque. Le Palais est magnifique, mais nous n’avons malheureusement pas eu le temps de visiter les Jardins Secrets.

En revenant du palais et en nous dirigeant vers le quartier d’Insa-dong, nous aussi sommes tombés sur cet orchestre traditionnel Coréen qui jouait dans la rue :

Insa-dong justement, où on peut trouver pas mal de magasins et de restaurants. On y trouve notamment des vendeurs de Yong Su Yeom, une sorte de friandise faite par des Coréens qui comptent les puissances de deux en la faisant … !

Insa-dong

Insa-dong

Je n’ai pas pris de vidéo de la scène, mais j’en ai trouvé une sur youtube :

Une promenade qui vaut le coup : celle des quais de la rivière artificielle Cheonggyecheon. La rivière n’était initiallement pas artificielle, mais a été recouverte par une route après la guerre de Corée. D’immenses (et coûteux) travaux de restauration urbaine ont donc été nécessaires pour mener à bien le projet.

La petite découverte dans le canal … :) :

Un appareil qui recharge les smartphones grâce au courant de la rivière !

Un appareil qui recharge les smartphones grâce au courant de la rivière !

Pour terminer la journée, nous sommes allés visiter la Namsan Tower (aussi appellée N-Tower ou plus simplement Tour de Séoul). Cette tour, haute de 236 mètres, et construite sur la montagne Namsan haute de 243 mètres, est une des attractions touristiques majeures de la ville. Elle accueille notamment un pont d’observation qui permet d’admirer la ville. Une sorte de funiculaire permet d’atteindre le pied de la tour, mais il y avait une attente de près d’une heure et demi ! Nous l’avons donc rejoint à pied, ce qui n’était pas forcément plus mal :)

Bon photo un peu fail (la personne a du mettre le doigt trop prêt du flash...qui d'ailleurs ne servait à rien x) ). Avec un bon cadrage, on devait apercevoir "Daejeon, South Korea" sur la vitre ! :p

Bon photo un peu fail (la personne a du mettre le doigt trop prêt du flash…qui d’ailleurs ne servait à rien x) ). Avec un bon cadrage, on devait apercevoir « Daejeon, South Korea » sur la vitre ! :p

Cette fois-ci, pas de nuit dans une auberge de jeunesse, mais dans un jjimjilbang ! Direction Itaewon Land, où une nuit coûte environ 10.000₩, soit environ… 7,50€ ! C’est bien évidemment très spartiate : j’ai dormi dans une sorte de « ruche » sur un emplacement où j’ai posé un tapis de sol. Mais pour le prix, on ne va pas se plaindre ^^ Une des filles du groupe nous l’a recommandé car il figurait dans des scènes de plusieurs dramas coréens… ^^ (voir ici).

Entrée du SPA

Entrée du SPA

 

Salle où l'on a dormi (image tirée de visitseoul.net)

Salle où l’on a dormi (image tirée de visitseoul.net)

Sortie à Daecheon Beach

Histoire de profiter du temps encore (très) clément fin septembre, nous sommes allés à Daecheon Beach, située dans la ville de Boryeong. C’est dans cette ville que se déroule notamment chaque année le Festival de la Boue de Boryeong, où l’on célèbre cette boue locale utilisée à des fins cosmétiques. Ce festival attire souvent de nombreux touristes étrangers.

De gauche à droite : Valérie, Ianic, Arthur, Quentin, Florence, Clélia, Julie, Nicolas, Antoine et moi

De gauche à droite : Valérie, Ianic, Arthur, Quentin, Florence, Clélia, Julie, Nicolas, Antoine et moi

Après avoir profité de la plage et de la mer, où nous étions d’ailleurs les seuls à s’y baigner, nous sommes allés nous promener sur le front de mer afin de trouver un restaurant. Les rues étaient pratiquement désertes, et les restaurateurs n’hésitaient pas à venir nous démarcher pour qu’on aille manger chez eux. Nous avons finalement jeté notre dévolu sur un restaurant puis sommes rentrés sur Daejeon … fini la plage et la mer pour un petit moment :)

20140919_115021

20140919_115030

20140919_172616

Différences culturelles et particularités en Corée

Bon voilà le post qui s’impose dans tout blog portant sur un voyage à l’étranger : les différences culturelles! Et on peut dire qu’elles peuvent être assez nombreuses ici, donc ce n’est sûrement pas une liste exhaustive.

Les portes

Oui il fallait bien commencer par ça, parce que c’est le genre de chose qui peut surprendre, surtout pour un occidental.

slamming-door

Les Coréens ne retiennent absolument pas la porte ! Attention de bien avoir ça en tête au risque de se retrouver avec une fracture du nez. Heureusement, étant sur un campus international, ils commencent à avoir l’habitude et certains le font, mais ça reste une minorité. La galanterie n’a pas l’air courante non plus, si bien que le fait de retenir la porte à une fille peut la rendre confuse et la faire emprunter une autre porte. Si ce n’est pas le cas, elle répond généralement avec un thank you, même sans avoir vu ta tête, parce que de toute façon ce n’est pas une habitude coréenne.

Le travail

Les Coréens bossent comme des fous, et dorment peu. Par conséquent, ils ne sont pas particulièrement productif. Il n’est pas rare de les voir dormir en cours, ou de les croiser en combo claquettes/chaussettes en mode zombi. Ce qui est assez frappant dans des groupes de projet par exemple, c’est qu’ils disent qu’ils vont travailler beaucoup sur ce projet, genre 1 heure/jour. Alors que pour moi, qu’il ait passé 30 heures ou 10 minutes dessus, je vois surtout le résultat..

Spas, pudeur intra et inter-sexe

En Corée il n’y a aucune pudeur intra-sexe. En témoignent les jimjilbang, sorte de Spa coréen. Il s’agit de bains, où les gens sont séparés, et où la nudité est de rigueur (obligatoire même). Ces mêmes établissements permettent généralement de pouvoir y dormir pour une somme modique (10000₩, soit environ 7,5€), sur des tapis de sol (assez spartiate, mais suffisant pour une nuit, surtout après être sorti). Pour le SPA d’Itaewon (voir prochains articles sur Séoul), les douches étaient directement dans les salles abritant les bains. De manière plus générale, les hommes Coréens peuvent parfois avoir entre eux des comportements que l’on pourrait considérer « tendancieux », alors qu’apparemment, ils ne considèrent même pas la notion d’homosexualité, ça n’existe même pas. En revanche, la relation entre les filles et les garçons est très différente. Les Coréennes sont extrêmement timides envers les garçons, et gare à ne pas danser trop près en boîte ! Elle se laissent très difficilement aborder. De plus, lorsqu’elle ont un copain, il est inconcevable qu’ils puissent vivre ensemble trop jeune, même après la majorité, et les relations sexuelles interviennent très tard. Il vaut mieux donc éviter les blagues d’un certain goût, au risque de les voir passer au rouge. Leur relation est souvent mièvre, énormément axée sur le couple (en témoignent les nombreux tarifs ou bars pour couples). Si vous êtes à côté d’un couple de jeunes Coréens, vous allez avoir le droit à une fusillade de selfies de couple, avec toutes les poses possibles. Ou encore 2 autres qui mettent environ une demi-heure à pouvoir se toucher la main..

L’apparence

L’apparence en Corée est extrêmement importante. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que le pays est roi dans le domaine du selfie. On peut apercevoir des Coréennes dans des cafés passer près de 45 minutes à se prendre en photo sous tous les angles, en prenant bien soin d’être parfaitement maquillées et coiffées pour la photo. D’ailleurs, les métros sont souvent placardés de pubs pour faire de la chirurgie esthétique, qui est assez courante ici (photo prise du blog baileybrosbuildingandloanabroad)

chirurgie_plastique

Aussi, les standards de beauté sont très tournés vers l’Occident. Il n’est pas rare de voir des pubs pour des produits de luxe, des cosmétiques … où ce sont des femmes blanches qui tiennent la vedette. D’ailleurs, les Coréennes recherchent à tout prix la blancheur, se cachant des rayons du soleil à la moindre occasion (il paraîtrait que ça vient du fait qu’être bronzé pourrait faire penser qu’on est de la campagne, à travailler dans les champs …).

Le karaoké Coréen : le Noraebang !

Les Coréens raffolent des Noraebang, il y en a partout, et les prix sont dérisoires. Entre amis ou collègues de boulot, après une dure journée de cours ou de travail … Contrairement à chez nous où les gens aiment bien chanter en groupe, il s’agit plutôt ici de chanter chacun son tour (eh oh, il y a un score quand même 😉 ). Les catalogues de chansons disponibles sont assez fournis (il y a même un sacrée dose de métal \m/ ), mais l’instrumentation a l’air d’être générée par une sorte de synthétiseur, ce qui donne parfois un résultat pas toujours terrible (surtout lorsqu’ils doivent simuler des guitares électriques à grosse distorsion).

On se déchausse !

En Corée très important, on se déchausse dans les chambres. Parfois même aussi dans certains restaurants (où l’on s’assit du coup souvent par terre), que l’on peut reconnaître aux sols rehaussés et aux chaussures devant …

shoes_korea

Les ajummas

Voilà les caïds, que dis-je les terreurs de Corée ..

ajummass

…Les ajummas ! Ce sont des femmes, qui ont souvent dépassés la quarantaine, eu plusieurs enfants, et qui se coupent les cheveux voire les font friser. Elles sont très reconnaissables grâce à leur accoutrement assez particulier, composé prioritairement de la casquette d’ajumma pour protéger des rayons du soleil, ainsi que des vêtements de randonnée (vestes flashy, chaussures de rando, voire même bâtons de marche), tout ça pour faire trois pas et monter dans le bus ou métro. Certaines ont un caractère vraiment abominable, surtout lorsqu’elles se promènent en gang d’ajummas, où elles se croient tout permis. L’ajumma adore aussi doubler tout le monde dans la queue.

Racler sa gorge de manière distinguée

Pour bien finir, on peut mentionner le fait que les Coréens se raclent souvent la gorge, et plus c’est fort, mieux c’est. On croirait un concours, celui qui se racle le plus fort la gorge et qui donne l’impression d’avoir eu le plus gros trésor à la fin est le roi de la jungle. Ce phénomène ne se limite pas aux hommes, et là, c’est encore plus frappant quand ça arrive, même si pour les femmes, c’est surtout des femmes plus âgées (mais les jeunes le font aussi beaucoup dans les salles de bains communes, dixit nos collègues féminines internationales). Il n’est pas rare le soir vers 00h-01h, d’entendre depuis ma chambre un Coréen se racler la gorge plusieurs fois, alors qu’il se trouve dans la salle de bains au fond du couloir … En revanche, se moucher est apparemment répugnant, surtout à table. Du coup, vous avez le droit aux Coréens sniffant toute la journée … :)

Pour finir …

…Voici une vidéo de l’étudiant en charge de l’animation de notre Buddy Program à KAIST, où il évoque certaines différences culturelles coréennes et de manière plus générale le rapport des étudiants étrangers vis-à-vis des Coréens :

 

Randonnée à Daejeon

Daejeon est entourée de récifs montagneux, qui sont de bons endroits pour faire de la randonnée. On est donc allé au Mont Gyejoksan, pour une randonnée d’environ 3 heures de marche. Peu avant de commencer à monter, on est tombé devant cette enseigne :

20140913_102924

Point là de symbole nazi, mais une Svastika, symbole bouddhiste très présent en Asie. Le coin est aussi connu pour ses chemins en sorte de terre rouge, que les gens traversent traditionnellement pieds nus, ce qui aurait soit-disant certaines vertus.

1718729_image2_1

Ci-dessous une photo de notre groupe :

De gauche à droite : Pia (allemande), Clélia, Julie, Florence, Nicolas, Nicolas (moi), Justin (mon coloc'), Manon et Antoine

De gauche à droite : Pia (allemande), Clélia, Julie, Florence, Nicolas, Nicolas (moi), Justin (mon coloc’), Manon et Antoine

 

Ci-dessous quelques photos de groupe et des vues de Daejeon depuis la montagne (photos de groupe empruntées à Pia) :

Premiers jours à Daejeon et au KAIST

Comme dit précédemment, la première semaine à KAIST est la semaine d’orientation pour les étudiants internationaux. Différentes activités sont proposées : traditionnelles réunions d’information, rencontre du buddy, découverte de la ville… Mais c’est aussi un moment d’intégration, où les étudiants internationaux apprennent assez vite à se connaître. Des sorties s’organisaient assez naturellement dès les premiers soirs, ce qui a été l’occasion de découvrir les restaurants près de la West Gate, nom donné à l’entrée du campus sur sa partie Ouest. On a pu ainsi constater que ça ne marche pas tout à fait pareil qu’en France …

dinner

Il est en effet assez rare d’avoir une assiette : ce sont souvent une multitude de plats qui sont servis sur la table et qui sont destinés à être partagés. Aussi, les couverts de rigueur sont non seulement les baguettes (en métal en Corée), mais aussi la cuillère, qui sert traditionnellement à manger le riz, contrairement à l’usage des baguettes pour d’autres pays asiatiques. On a aussi pu tester la vie nocturne de Daejeon en sortant à Dunsan-dong, un des quartiers animés de la ville. On est ainsi allé au bar Yellow Taxi ou au bar de nuit / boîte de sardines Sponge Bar (néanmoins très sympa).

dunsan_dong

Sinon, un matin j’ai suivi mon coloc’ pour prendre le petit-déjeuner, et c’était pas une bonne idée …

petit-dej

Manger du riz, de la sardine et de la soupe au petit-déjeuner juste après le réveil, j’ai connu mieux. Mal de ventre assuré la première fois et repas du midi sauté.

La semaine d’orientation s’est conclue sur une série de concerts, après avoir eu le droit à un serment collectif avec le président de KAIST (en gros je m’engage à travailler blablah….). Une étudiante allemande d’un de mes cours, Marinella, a d’ailleurs fait un montage des représentations des différents groupes de musique, avec notamment ELKA, pour Encouraging Leaders of KAIST, sorte de groupe de cheerleaders, et Infinite, groupe de heavy metal qui a notamment interprété Crazy Train d’Ozzy Osbourne :

KAIST

Parlons un peu de l’école. KAIST, Korea Advanced Institute of Science and Technology, est située à Daejeon en Corée du Sud et est l’université scientifique la plus prestigieuse du pays. Dans le dernier classement QS World University Rankings, elle a été classée 17ème meilleure université mondiale en ingénierie et technologie, et 51ème tous domaines confondus. Times Higher Education considère que c’est la troisième meilleure université mondiale de moins de 50 ans d’existence. Je dois avouer que je n’étais pas forcément au courant que l’université était à ce point renommée, et c’est encore plus frappant lorsque l’on parle avec des Coréens. Lorsqu’on nous demande où est-ce que l’on étudie, et qu’on répond à KAIST (plutôt « KAISTeeeuhhh », puisque les Coréens ont tendance à rajouter un « euuuh » à la fin des acronymes anglais), ils lancent un « ooooohhhhhh KAISTeuhh » ébahi. Ça en est même parfois gênant, parce qu’ils nous considèrent d’après leurs mots comme des génies pour être arrivé à KAIST, alors qu’on profite simplement d’un partenariat d’échange avec notre école.

KAIST_1

Je suis sur le campus principal du KAIST, à Daejeon. Le campus est réellement immense. D’après la page anglophone de Wikipédia, le campus fait pas moins de 1 432 882m² (1,4km²) soit environ 143 ha.

KAIST_photographie_aerienne

Mon dortoir se situe au W4-2, un bâtiment parmi tant d’autres … ^^

kaist_campus_map

L’une des petites originalités du campus est son animal fétiche : les oies. Une sorte de petit étang se situe en plein milieu du campus, surnommé du coup Duck Pond, soit la mare aux canards. Et effectivement, de nombreux canards et oies y vivent.

duck_pond

Le plus impressionnant étant carrément de voir des oies traverser le passage piéton …

Geese_Crossing

geese

Et pour finir sur la présentation de KAIST, en bonus, une capture du site web principal de l’école, où apparaît une photo d’un cours que je suis (Web Technologies & Business Strategies) :

Kaist_homepage

Arrivée en Corée du Sud

C’est parti pour 4 mois en Corée du Sud ! Après avoir pris l’avion depuis l’aéroport de Hong-Kong avec HK Express (moins cher que j’ai trouvé), me voilà arrivé à l’aéroport international d’Incheon, à environ 2 heures de Séoul. Le dortoir du KAIST n’ouvrant que le lendemain, j’ai donc décidé de faire étape la nuit à Séoul. Mon hôtel était près du palais de Changdeokgung, et était desservi par la navette 6011, arrêt Changduk Palace. 10 000 wons de mémoire (soit environ 7,50€).

incheon_to_changdeokgung

Pour partir le lendemain vers KAIST, comme on avait un document nous disant comment y aller venant d’Incheon, j’ai préféré y retourner pour suivre les instructions (on va éviter de se compliquer la tâche le premier jour :) ). Du coup j’ai pris le bus à l’arrêt 9D avec 2 étudiants allemands qui allaient eux aussi à KAIST, Johanna et Benedikt. Arrêt comme indiqué à Daejeon Government Complex, puis taxi jusqu’aux dortoirs. Et finalement la galère commence quand t’es arrivé (un comble …). Les mecs qui travaillent aux dortoirs ne parlent pas anglais pour la plupart, ça a donc été le parcours du combattant pour comprendre qu’il fallait que j’aille chercher un paquetage au bureau de l’ISSS (International Scholar & Student Services). Dans ce paquetage ce trouve la fameuse Student ID Card, qui permet notamment d’accéder aux bâtiments mais surtout d’ouvrir sa porte de chambre (elle peut même servir de carte de paiement ! ).

20140830_174747

Le paquetage contenait, en plus de la carte étudiante, un t-shirt KAIST, badge et tour de cou pour l’orientation/intégration (nom, nationalité, groupe pour le buddy program dont je parlerai plus tard, etc.) et des papiers à remplir pour obtenir la carte ALIEN et pour la finalisation de l’inscription et le paiement de certains frais (dortoir, frais d’orientation, etc.).

Arrivé enfin devant ma chambre, nouveau problème : la carte ne fonctionne pas ! Allez hop, c’est reparti pour un tour, je dois maintenant faire comprendre aux gars que je peux pas ouvrir ma chambre avec ma carte. Pendant plusieurs jours on a du laisser la chambre avec le pêne de la serrure dehors. C’était en fait le cas pour tous les français du couloir, soit 4 chambres. Après être allé plusieurs fois voir le personnel, j’ai demandé à ma buddy (= marraine) d’en parler avec eux, et ce fut réglé dans la journée.

Central

Central est le quartier d’affaire de Hong-Kong, située sur le littoral nord de l’île de Hong-Kong. Lors de mon précédent billet, on pouvait voir les gratte-ciels de Central depuis l’Avenue des Stars.

20140824_135059

20140824_140338

Les taxis Hong-Kongais :

20140824_140345

20140824_140653

Two International Finance Centre (bâtiment bleuté) :

20140824_141717

Cable-car :

20140824_141750

20140824_144149

Bank of China :

20140824_142358

20140824_192204

Après je me suis un peu baladé au gré du métro, du côté de Causeway Bay et Quarry Bay …

20140824_203714

20140824_203734

20140824_204005

Avenue des Stars et vue sur Central

Peu après mon arrivée à l’auberge, je suis allé me promener à pied vers les quais. C’est là que se situe la fameuse Avenue of the Stars, sorte de Walk of Fame Hong-Kongais. Mais en mieux. Là où le Walk of Fame de Los Angeles consiste en une rue fade avec des étoiles sur les trottoirs, ici c’est une avenue qui longe le front de mer où l’on peut voir les étoiles des stars bien entendu, mais aussi des statues et surtout une vue exceptionnelle sur l’île de Hong-Kong. Une centaine de stars ont leur étoile, les plus connus (du point de vue français) étant certainement Jackie Chan et Bruce Lee.

Se déplacer à Hong-Kong

J’avoue avoir été un peu flemmard à l’arrivée à l’aéroport, j’ai donc pris un taxi. Mais d’autres alternatives moins coûteuses et assez efficaces existent.

La première, c’est le bus. Pour se rendre à mon auberge de jeunesse, j’aurais pu prendre le bus A21. C’est la solution la moins chère mais attention, vous devez disposer du montant exact, ou alors être en possession d’une carte Octopus (j’en parlerai un peu plus loin).

La deuxième, c’est utiliser l’Airport Express. On peut acheter une carte spécifique nommée Airport Express Travel Pass qui contient 1 ou 2 voyages via l’Airport Express ainsi que 3 jours d’utilisation illimitée du métro Hong-Kongais. Je l’ai achetée après coup et ai pu l’utiliser pour le retour (HK$220 pour 1 trajet AE, HK$300 pour 2). Cette carte est aussi une carte Octopus, qui est un moyen de paiement qui peut-être utilisé pour le Métro et le bus, ainsi que dans certains magasins (type 7/11) ou distributeurs automatiques.

hk_carte_mtr

L’AE est un moyen de transport rapide qui amène entre autre jusqu’à la station de métro Hong-Kong Station. Celle-ci est physiquement reliée à la station Central, où vous pouvez emprunter la ligne Tsuen Wan Line afin d’arriver à la station Tsim Sha Tsui. Arrivé là, prendre la sortie A1 (HaiPhong Road) : on accède à l’auberge (HaiPhong Mansion) en environ 30 secondes de marche (une entrée via Nathan Road, l’autre via Lock Road).